Indonésie – Gibbons

Les forêts tropicales d’Indonésie abritent de nombreuses espèces de gibbons dont le plus grand, le siamang. Pourtant protégés, ils subissent la destruction galopante de leur habitat par la reconversion des forêts primaires et secondaires en culture. Deux millions d’hectares de forêts disparaissent de l’Indonésie chaque année, soit l’équivalent de 6 terrains de football  chaque minute, pour faire place aux plantations d’huile de palme. Avec la progression de la déforestation, le trafic de la faune sauvage a explosé et le nombre d’animaux sauvages détenus illégalement en Indonésie augmente chaque année. Les gibbons sont souvent capturés petits pour être offerts comme « jouets vivants » aux enfants. Leur capture nécessite de tuer la famille entière, le petit restant accroché au ventre de sa mère ses 2 premières années d’existence.
A l’âge de la maturité sexuelle vers 7 ans, lorsqu’ils deviennent moins controlables, les animaux sont très souvent tués quand ils ne sont pas morts de malnutrition ou de stress auparavant.
Basée en Indonésie, sur l’île de Bornéo et de Sumatra, l’association Kalaweit gère le plus grand programme de sauvegarde des gibbons au monde.


Association soutenue : Kalaweit

Kalaweit a été créée en 1997 par Aurélien Brulé dit Chanee, un français passionné de gibbons depuis son enfance. Chanee réside en Indonésie depuis 1998, où il coordonne les différentes actions de son association.

www.kalaweit.org


Rôle du Bioparc

  • Soutien financier de Kalaweit entre 2004 et 2019

Fonds versés par le Bioparc : 28 000 € en 15 ans


Des actions complémentaires pour protéger les gibbons

• Protéger l’habitat forestier :
Kalaweit collabore avec les autorités nationales, régionales et locales pour mieux préserver les aires de forêts protégées et en créer de nouvelles.

• Réhabiliter et réintroduire les gibbons détenus illégalement :
Récupérer les gibbons détenus illégalement est une priorité, afin de leur donner des conditions de vie adaptées. Certains des animaux, après un long travail de réadaptation et de suivi sanitaire, pourront retrouver la vie sauvage dans les espaces protégés par l’association.

• Sensibiliser les populations locales au respect de la nature :
C’est grâce à Kalaweit FM, une radio créée par Kalaweit en 2003 sur l’île de Bornéo, que la sensibilisation se fait. Elle diffuse des programmes musicaux et des jeux pour les 15/25 ans, entrecoupés chaque heure de courts messages à vocation environnementale. Très populaire, cet outil s’est avéré très efficace et en particulier sur le signalement des gibbons détenus illégalement et le sauvetage d’animaux en détresse, notamment lors d’incendies de forêts.

• Intégrer les populations locales et les autorités aux actions menées :
Créer des liens et impliquer les populations locales et les autorités sont indispensables à la réussite des actions de Kalaweit. Kalaweit embauche exclusivement du personnel indonésien : soigneurs, vétérinaires, animateurs pour la radio, équipe administrative. L’association prend à sa charge les frais médicaux des employés et de leur famille, et des villageois dans certains cas. L’achat de nourriture pour les animaux se fait auprès des villages alentours et les patrouilles de surveillance des forêts se font conjointement avec le Département des Forêts.


Crédits photos : Kalaweit et Mathias Kellermann