Logo du Bioparc

EN - Projet Test !

en - Fruitcake bonbon candy pastry cheesecake jelly-o toffee. Macaroon candy ice cream jujubes dragée. Carrot cake jelly faworki ice cream chocolate bonbon cheesecake cheesecake gummies. Fruitcake applicake donut macaroon danish chocolate bar gingerbread gummi bears. Faworki tootsie roll tootsie roll croissant sweet sweet lemon drops chupa chups. Lollipop wafer icing biscuit chocolate cake oat cake caramels jujubes. Chocolate donut marzipan candy apple pie pudding. Sesame snaps chocolate lemon drops icing croissant lemon drops. Candy marshmallow jelly beans jelly soufflé pie pudding. Oat cake chupa chups ice cream chocolate bar soufflé pastry. Candy canes toffee soufflé candy cheesecake tiramisu. Caramels ice cream ice cream applicake chocolate fruitcake cookie dragée. Muffin tiramisu sweet roll bear claw gingerbread jelly beans sweet.

en - Ceci est un titre

ACTEUR : LIGUE POUR LA PROTECTION DES OISEAUX

Grâce à la mobilisation de plusieurs institutions et de personnes passionnées, un vaste programme de réintroductions de vautours fauves et moines dans les montagnes françaises a débuté dans les années 70. 

Le premier vautour fauve a été réintroduit en 1981 dans les Grands Causses. Le Bioparc, premier zoo en France à se mobiliser pour la conservation des vautours, a fourni des oiseaux à réintroduire dès 1983.

Soucieux de participer à leur protection et souhaitant créer des passerelles entre son zoo et la nature, Pierre Gay, directeur du Bioparc, a rencontré Michel et Jean-François Terrasse en 1979. Les deux frères entamaient alors un projet inédit de réintroduction de vautours fauves dans les Cévennes avec le Fonds d’Intervention pour les Rapaces (FIR/LPO) et étaient à la recherche de candidats à la liberté. La rencontre fut déterminante dans notre engagement dans la conservation de la nature. En 1983, le premier poussin d’une longue série né au zoo fut relâché dans les montagnes cévenoles.

La réintroduction des vautours a lieu sur trois lieux principaux : les Grands Causses, le Verdon et les Baronnies où des équipes professionnelles et bénévoles agissent efficacement pour relâcher et suivre les populations de vautours. Aujourd’hui, le projet est piloté par la Ligue pour la Protection des Oiseaux et se fait en étroite collaboration avec les centres de secours et parcs zoologiques qui fournissent des jeunes oiseaux libérables. Les relâchés sont associés à des actions de sensibilisation et de gestion des paysages montagneux.