Népal – Panda roux

Le panda roux vit sur les contreforts de l’Himalaya, de l’Est du Népal au Sud de la Chine, en passant par le Nord de l’Inde, du Bhoutan et du Myanmar. Il y fréquente les forêts tempérées de bambous, dont il consomme les jeunes feuilles tendres. Avec une population décroissante, estimée à moins de 2 500 animaux, il est classé « En Danger » sur la Liste Rouge des Espèces Menacées de l’UICN.

Bien que son aire de répartition s’étende sur des milliers de kilomètres, il est confiné à de fragiles aires, où les exploitations et autres formes de destruction de la forêt (constructions routières, élevage de yacks, coupe de bois pour le fourrage et le chauffage) appauvrissent et dégradent le milieu. Protéger le panda roux passe ainsi par la protection et l’utilisation durable de son habitat.

L’association Red Panda Network s’intéresse à l’espèce au Népal, en travaillant avec les utilisateurs de la forêt pour trouver des solutions bénéfiques à la conservation de l’espèce, de l’habitat et aux besoins des hommes. Elle a ainsi créé une équipe de « gardiens de la forêt », villageois hommes et femmes, formés et salariés, pour notamment suivre la population de pandas roux.


Association soutenue : Red Panda Network

  • Basée aux États-Unis, avec une équipe locale au Népal
  • Financée par un collectif de parcs zoologiques européens et américains


www.redpandanetwork.org


Rôle du Bioparc

  • Soutien financier de Red Panda Network depuis 2013


Le soutien financier du Bioparc est dédié aux salaires des gardiens de la forêt.

Fonds versés par le Bioparc en 2021 : 2 200 €


Les gardiens de la forêt et des pandas roux !

Les gardiens de la forêt sont des personnes clés pour connaître l’état des populations. Ils sont également les ambassadeurs de la protection des pandas roux auprès de leur communauté.
Ils sont tous des villageois ou villageoises, formées et salariés (en complément de leur travail habituel) pour surveiller les pandas roux, l’état de la forêt et assurer la médiation avec l’ensemble de la communauté.

Formation : écologie du panda roux, enjeux de sa conservation, les méthodes de suivi (GPS, collecte des données), méthodes de sensibilisation, bonnes pratiques d’utilisation du milieu forestier.
Rôle : relai d’informations sur la localisation des individus, suivi de l’écologie de l’espèce, repérage des activités illicites (braconnage) au sein du RPN, relais villages.

Avec 7 personnes à ses débuts en 2007, l’équipe a atteint les 110 gardiens en 2021.


Des habitats ciblés et protégés

Grâce au travail des gardiens, le RPN est en mesure d’établir la première grande aire protégée communautaire pour le panda roux à l’Est du Népal, sur les régions Panchthar-Ilam-Taplejung (PIT). Cette aire, d’une surface prévue de 708 km², permettra de relier entre elles plusieurs aires protégées existantes pour atteindre une surface de 11 500 km2 et créer le corridor « PIT Red Panda Protected Forest ». Reconnue d’intérêt mondial pour la richesse de sa biodiversité (panthère nébuleuse, chat-léopard…), cette zone représente une excellente opportunité de conservation pour le panda : 25 % de sa population sauvage au Népal y réside avec une moyenne de 100 individus pour 180 km2 (Williams 2003, 2004).
Ce corridor deviendrait la plus grande aire protégée du Népal et la première gérée par un réseau de communautés, le gouvernement permettant la mise en protection d’une partie des terres privées.

Crédits photos : Bioparc (P. Chabot) et Red Panda Network

Infos en +

Toutes nos espèces Les espèces associées