Logo du Bioparc

Bulgarie - Vautours


RESTAURATION DES POPULATIONS DE VAUTOURS EN BULGARIE

Au début du XX° siècle, les quatre espèces de vautours eurasiens étaient très bien représentées en Bulgarie. 50 ans plus tard, à cause de l’utilisation de poison contre les prédateurs et le manque de nourriture, les vautours fauves, moines et le gypaète barbu disparaissaient du pays, et la population de vautours percnoptères décline fortement. Abandonné sous le régime communiste soviétique, l’élevage pastoral traditionnel est pourtant indissociable du paysage montagnard du pays. Le peu de moyens le rend aujourd’hui difficile et la présence de carnivores sauvages, tels que ours ou loups, engendre des conflits. Ceux-ci se traduisent par des attaques sur le bétail et l’utilisation de poison sur des carcasses pour tuer les prédateurs. Les 4 espèces de vautours des Balkans, en tant qu’éboueurs de la nature, se nourrissent de cadavres d’animaux sauvages ou d’élevage. La baisse du pastoralisme et l’ingestion de poison ont terriblement affaibli leurs populations.

Afin de restaurer ces 4 espèces, un collectif d’associations et institutions a lancé en 2002 un plan d’action général, basé sur l’expérience positive menée en Europe de l’Ouest. Parmi les acteurs, l’ONG bulgare FWFF, Wild Fauna & Flora Fund, s’attache, entre autre, à garantir aux oiseaux une nourriture saine et disponible dans les montagnes bulgares.

Espèces
• Vautour fauve - Gyps fulvus - Statut UICN : Préocuppation mineure
Population sauvage : en déclin en Europe du Sud-Est (à l’inverse de l’Europe de l’Ouest) malgré les hausses des effectifs localisées en Bulgarie, Serbie et Croatie.
• Vautour moine - Aegypius monachus - Statut UICN : Quasi-menacé
Population sauvage : en déclin en Europe de l’Est
• Vautour percnoptère - Neophron percnopterus - Statut UICN : En Danger
Population sauvage : en déclin

Présentation du projet



Acteur : Fund for Wild Flora and Fauna (FWFF) - www.fwff.org 

Fund for Wild Flora and Fauna (FWFF) est une ONG dédiée à la protection de la biodiversité en Bulgarie. Réintroduction d’espèces, conservation des habitats et restauration de l’élevage pastoral traditionnel sont ses domaines principaux d’actions, avec pour espèces emblématiques les vautours eurasiens.

Elle cherche à préserver durablement la nature en respectant les besoins des communautés humaines locales et recherchant des solutions à tous les utilisateurs du milieu pour sécuriser l’avenir de la biodiversité et des hommes.

Dirigée par Emilian Stoynov, avec 14 employés et de très nombreux membres passionnés, l’ONG agit sur plusieurs sites du pays : d’ouest en est, les Gorges de Kresna, les parcs nationaux « Vrachanski Balkan », « Central Balkan », « Sinite Kamani » et les montagnes de Kotel, et au sud les montagnes des Rhodopes.

Une grande partie de son travail bénéficie de l’aide européenne dans le cadre de deux projets LIFE  (L’Instrument Financier Européen, dédié à des actions pour l’environnement) :
- Projet LIFE (2010-2014) « Restauration des vautours dans les Balkans », où FWFF est co-bénéficiaire avec l’association bulgare Green Balkans
- Projet LIFE (2012-2016) « LIFE pour les Gorges de Kresna », entièrement géré par FWFF.

Actions

Elevage et programme de compensation

Créer pour minimiser les conflits Eleveurs/Prédateurs, le programme de prévention et de compensation du bétail est l’une des actions les plus importantes et réussies de FWFF.
Ces conflits sont un réel problème en Bulgarie : les éleveurs subissent de lourdes pertes sur leur troupeau, attaqué par plusieurs espèces, loups, ours, lynx et chiens errants. C’est d’autant plus dramatique que beaucoup de fermiers ne possèdent que quelques chèvres et moutons. En découle l’utilisation de poison dans les carcasses d’animaux, réduisant les populations de carnivores sauvages et des charognards tels que les vautours.

• Troupeaux de substitution

Pour protéger la biodiversité et aider les éleveurs, FWFF a démarré en 2002 un programme de compensation du bétail : les animaux morts sont remplacés par des animaux provenant de troupeaux de chèvres et de moutons créés et gérés par l’ONG.

Ce remplacement se fait à des conditions : être berger pour bénéficier de l’aide ; protéger ces troupeaux  (chien, enclos pour la nuit) ; renoncer au poison ;  informer dans les 24h FWFF de la découverte du cadavre. Grâce à un numéro gratuit, accessible par les éleveurs 24h sur 24, la mort est vite constatée par un expert. Si elle est due à un carnivore sauvage et que les conditions de gestion de l’élevage sont remplies, l’animal est remplacé.

Pour beaucoup d’éleveurs, les conditions de protection du bétail sont dures à remplir. FWFF complète ainsi son action par d’autres moyens : travail avec les compagnies d’assurance et don de chiens gardiens de troupeaux.


• Elevage de chiens du Karakachan

Le chien de Karakachan est une race locale rustique, très performante, devenu rare et cher avec la baisse du pastoralisme.

FWFF s’est allié avec des éleveurs spécialisés pour relancer l’élevage et le dressage des animaux.

Les chiots sont alors fournis aux fermiers, le plus souvent un mâle et une femelle, afin que les futures portées puissent bénéficier aux autres éleveurs de la communauté.


• Retour de la transhumance

En 2007, dans les montagnes de Kotel (nord-est du pays), FWFF accompagnait  la 1ère transhumance des troupeaux de la région, pratique abandonnée depuis plusieurs années.

Dès lors, chaque année, est organisé le Festival de la Transhumance où l’ONG en profite pour poursuivre sa mission de sensibilisation. 

Son rétablissement est une avancée très positive : le déplacement annuel des troupeaux à différentes altitudes permet la régénération des pâturages et offre, par sélection naturelle du bétail, une nourriture saine aux carnivores et charognards.


• Ecoferme de Kotel

Pour inciter le retour au pastoralisme traditionnel et montrer qu’il peut être générateur de profit, FWFF a aménagé une ferme modèle : elle accueille 400 moutons, des ânes et plusieurs chèvres et cochons, et produit fromage, yaourt et miel. Le cheptel se déplace annuellement de Kotel vers les pâturages des montagnes de l’Est des Rhodopes.

Réintroduction des vautours

FWFF participe au plan d’action national et européen de restauration des populations de vautours dans les Balkans. En Bulgarie, les premières réintroductions organisées par l’ONG ont débutées dans les montagnes de Kotel en 2007. Elles sont désormais annuelles et réalisés sur les différents sites d’action de l’ONG, en collaboration avec d’autres organisations de protection de la nature.

Les oiseaux relâchés proviennent des centres de recueil d’oiseaux blessés ou de parcs zoologiques, comme le BIOPARC de Doué la Fontaine. Premier zoo à fournir des oiseaux à réintroduire dès les années 80 dans les montagnes françaises, le BIOPARC envoie désormais ces jeunes vautours en Bulgarie et incite d’autres parcs à participer.

Les candidats sont placés sur les sites de relâchés dans des volières d’acclimatation. Nourris une à deux fois par semaine pour minimiser la présence de l’homme, Ils y resteront le temps d’atteindre leur maturité sexuelle, soit jusqu’à leur 4ème année
au plus tôt.

Le marquage des oiseaux (bagues, coloration, puce…) ou la pose de balises permettent le suivi des individus relâchés.

Sensibilisation

Campagne médiatique, interventions dans les écoles et universités, dialogues avec les acteurs de terrain et autres réunions d’information sont autant de moyens utilisés pour favoriser la prise de conscience des publics à la conservation de la biodiversité. FWFF a créé un centre éducatif dans les Gorges de Kresna destiné à accueillir et informer différents types de publics : habitants, écoliers et étudiants et touristes.

Les derniers résultats

• FWFF possède 5 troupeaux de chèvres et de moutons dédiés au programme de compensation.

• Fête de la Transhumance 2013 (7 mai) :
200 personnes se sont rassemblées pour assister au départ en transhumance de 450 animaux ! Au programme : concours du meilleur chien gardien de troupeau, compétitions de tonte de moutons, folklore bulgare, dégustation des produits issus de la ferme de FWFF !

• Mai 2013 : 1ère naissance de vautour fauve dans les montages de Kotel
Grâce aux oiseaux réintroduits par le BIOPARC, le  premier vautour fauve naît dans les montagnes de Kotel pour la première fois depuis 50 ans !
En début d’année, deux pontes de vautours fauves étaient observées pour la première fois depuis 50 ans, et une d’entre elles a éclos. Sur les 4 individus, tous réintroduits, deux proviennent du BIOPARC de Doué la Fontaine ! Un très grand succès soulignant l’importance d’allier les acteurs de terrain et les parcs zoologiques pour la conservation durable de la biodiversité.

• Mai 2013 : les trois espèces de vautours sont de retour dans les Gorges de Kresna
Pour la 1ère fois depuis plus de 50 ans, les Gorges de Kresna abritent de nouveau vautour fauve, moine et percnoptère ! Réintroduit depuis 2010 par FWFF, le fauve, représenté par 20 individus réguliers, a sans doute attiré le retour du vautour moine et du percnoptère, grâce aux placettes d’alimentation installées sur le site. Les Gorges de Kresna sont un rare lieu en Europe où l’on peut observer ces trois vautours et des loups sauvages.
En 2012, 12 vautours fauves ont été réintroduits sur ce site.

• Bilan 2014 - Gorges de Kresna
- Présence des vautours fauves en progression : 100 vautours différents observés
- Seconde année d’observation du vautour moine
- 8 vautours fauves transférés dans les volières du site dont 3 nés au Bioparc
- 4 de ces oiseaux réintroduits dont 1 né au Bioparc
- Lancement d’un projet de réintroduction du daim (Dama dama) pour fournir une alimentation naturelle aux vautours.

• Août 2015 : retour des vautours dans les montagnes de Kotel en Bulgarie
Fund Wild Flora Fauna est fière d’annoncer le retour des trois espèces de vautours, éteintes depuis 50 ans, dans les montagnes de Kotel en Bulgarie (Nord Est du pays) ! Nés pour certains au Bioparc, les vautours fauves relâchés favorisent le retour naturel des vautours percnoptères et moines. Et c’est le vautour moine, encore absent de Kotel, que l’ONG a eu le plaisir d’observer tout dernièrement : beau cadeau pour les 15 ans de l’association bulgare !